Retour au sommaire

La tempête Klaus

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb

Le 24 janvier 2009 , la tempête "Klaus" s’engouffre dans le plateau landais à plus de 170 km/h.
Une forêt abattue, des géants qui agonisent. Pourquoi la forêt des Landes de Gascogne est-elle vulnérable aux vents ?

Deux facteurs déterminants et incontournables :
• l’eau et l’alios, qui bloquent l’enracinement pivotant du pin maritime. Rappelons que la nappe phréatique ne se trouve qu’à quelques centimètres de la surface du sol et qu’avant la loi du 19 juin 1857 les marais régnaient en maîtres.
• La situation de notre région. Le massif forestier se trouve dans le fond du golfe de Gascogne, coincé par le mur des Pyrénées.
Cette topographie oblige et favorise les vents violents ou non à souffler sur ce vaste océan vert.

Bilan au printemps 2010 La tempête Klaus a dévasté 350000 ha dont 230000 ha ont été détruits à plus de 40%. Ce qui représente 37 millions de m³. Quatre millions de m³ ont été stockés sous arrosage. Pour la fin de l’année, on souhaiterait que 40 000 hectares soient nettoyés prêts à être reboisés.

Conséquences :

Ces millions de m³ de chablis (bois abattus par le vent) sur le sol landais entraînent de graves conséquences.

En début de l’année 2010, les chenilles processionnaires ont fragilisé les pins.
Aux premières chaleurs on observe un cortège de scolytes (ips, hylobes…) se reproduisent très vite se nourrissant du liber. Dès lors les pins perdent leurs écorces et meurent.
Ces insectes s’attaquent aussi aux jeunes arbres de 5 à 10 ans épargnés par la tempête.
Quant au fomès, champignon nuisible, il prolifère insidieusement lors des croquages de souches.

Reconstruction :

L’appel de la forêt des Landes.

Aujourd’hui, après le désastre provoqué par "Klaus", il y a nécessité à :

De tout temps les hommes affrontent le gel, les incendies, les tempêtes qui détruisent la forêt.
Grâce à leur capacité d’adaptation, leur ténacité, leur courage, le reboisement du massif n’a jamais cessé.

Responsables d’un environnement, ils sont les acteurs vivants d’une économie et d’un patrimoine culturel.
La foi du sylviculteur fera que cette forêt renaîtra.

Après la tempête l’exploitation de la biomasse est un secteur en pleine expansion dans le secteur des énergies renouvelables soit par transformation de tous les rémanents et souches sous forme de plaquettes ou de granulats pellet, combustion de la biomasse, soit par récupération de la vapeur d’eau pour fabriquer de l’électricité.

Retour au sommaire